Chroniques, Littératures de l'imaginaire

📚⎜Le TrĂ©sor du Peuple des Brumes – S. Wolf

Comme un courant qui entraîne – Irrésistiblement
Vers l’avant, la réponse, le danger, le mystère dissimulé
Le médaillon montre les voies

Livre’jour Ă  tous,

J’ai rencontré Steffi Wolf pendant un salon du livre virtuel (et à plusieurs reprises), une rencontre qui m’a donné très envie de découvrir son roman, Le Trésor du Peuple des Brumes. D’autant que la couverture est splendide !

Le Trésor des Peuples des Brumes

Plume : Steffi Wolf (clic)

Édition : Sudarènes (clic

Pinceau : d’après une image

Résumé

Le désert à perte de vue, blanc, immobile. Désespérément vide.
Annabelle ignore comment elle s’est retrouvée dans cette immensité désertique. Elle s’est réveillée dans ce nulle part sans le moindre souvenir. Un médaillon étrange pend à son cou, un médaillon fermement décidé à lui montrer le chemin et à l’étrangler si elle s’en écarte.
Un médaillon qui porte une inscription mystérieuse dans une langue ancienne et qui semble indiquer que le chemin vers le fabuleux, convoité, presque mythique, Trésor du Peuple des Brumes. Vers le trésor maudit des Nébuleux.

Cela fait des heures que nous attendons, et toujours rien. Je commence Ă  perdre patience et surtout espoir. Le capitaine O’Brian, lui, est toujours sur ses gardes. Il scrute le port avec la mĂŞme intensitĂ© depuis que nous nous sommes dissimulĂ©s derrière des containers, il y a de cela une petite Ă©ternitĂ©.
Soudain, je le vois qui se crispe. Moi qui le croyais concentrĂ© Ă  l’extrĂŞme quelques instants plus tĂ´t, je m’aperçois maintenant combien je m’Ă©tais trompĂ©e. Ses yeux fixent un point bien prĂ©cis au large. Ses muscles sont si tendus que je peux voir saillir les veines des ses bras et de ses mains. Son visage semble lutter pour mieux dissimuler le rictus que forme ses lèvres. IntriguĂ©e par cette mĂ©tamorphose, je cherche ce qu’il fixe. C’est alors que je l’aperçois. La Lorelei.

Mon avis

J’ai bien apprécié ma lecture : c’était fluide et dynamique, l’univers est entraînant et certaines touches et orientations de l’intrigue m’ont vraiment plu !

L’univers prend forme et complexité au fil des pages et de l’intrigue.
J’ai particulièrement apprécié le côté légendaire de la quête. Le Trésor des Nébuleux est considéré par beaucoup comme un mythe venu du passé, un trésor fabuleux et légendaire qui s’inscrit dans un entremêlement d’histoire et de mythologie.
C’est ce noeud qu’Annabelle et ses alliés doivent tenter de démêler, de comprendre, pour ne pas se faire déborder par des forces qui les dépassent.

Si, à première vue, le point de départ de l’intrigue – à savoir la quête d’un mystérieux trésor grâce à un bijoux magique/maléfique sur les traces d’une légende – peut sembler peu original, Steffi Wolf s’empare véritablement de la chasse au trésor qu’elle propose ! L’intrigue se met progressivement en place, laissant aux personnages le temps de cheminer, découvrir, intégrer l’idée des enjeux et de l’univers légendaire dans lequel ils pénètrent et aux lecteurs celui de s’approprier l’ambiance, le monde et les personnages.
J’ai également remarqué deux éléments clés qui distinguent ce roman de la plupart des romans jeune adulte que j’ai pu lire : il n’y a pas de romance (ni décorative, ni coup de foudre), ni de Grand Méchant Antagoniste ! Les rebondissements, aventures et difficultés sont liés à l’univers, à sa géographie et à ses valeurs, ainsi qu’à la légende qui guide Annabelle et ses alliés.
La fin est assez peu surprenante (malgré d’importantes révélations), mais le cheminement pour y parvenir est fort de questionnements et d’évolutions des personnages et d’éléments de compréhension de leur monde.

J’ai cependant assez peu accrochĂ© avec les personnages. J’ai trouvĂ© que certaines de leurs rĂ©actions et interactions manquaient de cohĂ©rence, de « naturel Â» presque.
Annabelle est une jeune fille qui veut affirmer sa force et cherche simultanément une forme de protection auprès du capitaine O’Brien, le pirate qui l’accompagne et a accepté la co-responsabilité de cette quête. Ce dernier est présenté comme un homme taciturne, neutre, maître de lui même et des autres, et, en parallèle, il fait montre d’une empathie, d’une certaine tendresse envers Annabelle, qui m’ont paru beaucoup trop rapides par rapport à ce que je savais de lui. Les membres de l’équipage pirate qui gravitent autour d’eux sont très secondaires, parfois archétypés.
À ce titre, j’ai donc davantage accroché avec les ambiguïtés et aspérités du corbeau Beaucor, allié quand ça l’arrange et spectateur pas si muet le reste du temps, et de Bran, soldat et pirate à la posture et au passé nébuleux.

La plume est plutôt fluide. Immergée dans les pensées d’Annabelle, elle témoigne des réflexions, doutes, légères incohérences de la narratrice et nous plonge dans l’univers que celle-ci (re)découvre.

Je trouve par ailleurs que la couverture est très réussie ! Elle rend bien l’atmosphère maritime tantôt brumeuse, tantôt apaisée, tantôt inquiétante de mystères des eaux sur lesquelles Annabelle, O’Brian, Beaucor et les autres personnages naviguent.

Le mot de la fin

Une bonne lecture, fluide et plutôt dynamique. La chasse au trésor donne lieu à des questionnements et cheminements intérieur tout en explorant la légende et ses origines d’un monde de fantasy.
J’ai assez peu accroché avec les personnages, mais l’atmosphère et l’intrigue m’ont par ailleurs incité à poursuivre ma lecture et je ne regrette pas le voyage !

Quel(s) roman(s) de pirate avez-vous lu récemment ?

Ă€ bientĂ´t,
Marine