Enora E17 – Au fil de l’eau

Précédemment : à travers les livres et les bibliothèques, Théa et Enora cherchent des allusions à un rouleau. Une trouvaille de Théa et les réserves de Kyle, le père de Lucien et un sympathisant de la Guilde, achèvent de convaincre Enora : elle doit savoir.

coittri, le 25ème jour d’ima
Quelque part en mer

Cher journal,

Je suis de retour sur le bateau et j’ai compris que la mer m’avait manqué.
Et peut-être pas que la mer, en y réfléchissant bien…
Hier, il m’a fallu quelques heures pour m’habituer au roulis, puis j’ai retrouvé ma place sur le pont, face à la mer. J’ai laissé les vagues m’hypnotiser, l’air marin m’envahir et les bruits me bercer. Le capitaine m’a accueilli chaleureusement, puis s’est désintéressé de ma présence. Logique. Et sans importance : je sais où m’installer et ce que j’ai à faire. Un marin a pris le temps de me raconter la fin de la mission.
J’ai passé la soirée dans ma cabine, à ressasser mon enquête. Hantée par le visage décomposé de Théa. Je m’inquiète pour elle. Elle va reprendre le travail sur le port, mais elle n’a pas l’air prête…

J’ai revu Ethan pour la première fois ce matin. Il a toqué à la porte de ma cabine avec le petit déjeuner et un sourire timide.
Nous avons mangé dans un silence confortable.
Puis il m’a raconté la fin de leur voyage, avec ses mots. Le mal-être persistant du bibliothécaire, l’attitude toujours hautaine de Zilhostynaé, les paris des marins, la grandeur du palais d’Ieïlizrinn, bien qu’il ne l’ai vu que de loin… Son récit est bien plus vivant que celui auquel j’ai eu droit hier.
Je lui ai parlé de l’attaque, de la Guilde, du rouleau, de mon enquête. J’ai tu la douleur, les doutes, la peur.
Du moins, j’ai cru les taire jusqu’à ce que la compassion de son regard me saisisse. Contrairement à d’autres, il ne s’est pas senti obligé de parler, de dire des mots vides ou des mots vains. Il m’a offert un regard, une pression de main et une épaule. La digue soigneusement érigée pour ma famille a cédé et les larmes ont commencé à couler. Il n’a rien dit. Il m’a ouvert ses bras. Torrent de tristesse. Il a attendu que je m’apaise.

Puis nous sommes sortis sur le pont. Longtemps après.
Et les mots sont sortis peu à peu.
Le passage sur le rouleau, notamment, l’a interpelé.
J’ai hâte d’être de retour à Neylis, hâte de poursuivre mon enquête. Je veux comprendre.

Pour l’instant, je ne peux que compter sur la mer pour me calmer.
Je dois chasser ma peur et ma douleur.
Progressivement, je relègue Théa un peu à l’écart de mon esprit. La quête passe avant. Je suis trop loin pour l’aider autrement.


Marine Ginot, 03/2019
Tous droits réservés

Tous les épisodes
Accueil

Pour suivre les parutions, n’hésiter pas à vous abonner au blog ou à la page Facebook 😉

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s