Enora E15 – Rouleau et rumeurs

Précédemment : la résidence familiale a été attaquée par la Guilde, une organisation revendiquant la protection des êtres humains. Les assaillants sont à la recherche d’un rouleau, convaincus qu’il se trouve dans la maison. Ils sont partis, mais leur passage a laissé des traces…

néviri, le 20ème jour d’ima
Minja

Cher journal,

L’atmosphère reste lourde et tendue depuis l’attaque d’il y a deux jours.
J’ignore ce qu’ils ont fait à Théa, mais ma soeur d’ordinaire exubérante ne parle plus que par monosyllabe. Hélie surmonte peu à peu sa crainte, n’ayant ni vu ni entendu beaucoup de chose et soigneusement protégée par tout le monde (privilège de la petite dernière). Les jumeaux sont silencieux, mais ils ne sont jamais très bavards (enjoués et dynamique, mais en presque silence). Maman ne dit rien, n’en parle pas, détourne la conversation. Je sens qu’elle est inquiète, mais impossible de savoir à propos de quoi.
L’attitude de mon père reste incompréhensible. Il n’a presque pas quitté son bureau, à part pour les repas qu’il avale à toute allure sans daigner se joindre à la conversation erratique. Il fait du bruit, il semble chercher quelque chose. Parfois, il sort en coup de vent, fouille la bibliothèque et s’empresse de retourner claquer la porte du bureau. Toujours les mains vides.
Je me suis brièvement échappée de cette pesanteur en allant voir les parents de Lucien. Kyle a confirmé que l’attaque était une sorte d’exercice, mais j’ai du mal à le croire. J’ai confiance en lui, là n’est pas la question, mais ça ne colle tout simplement pas : la Guilde n’attaque pas les humains. Jamais. Et il y a ce rouleau qui m’obsède…

Je quitte ma chambre sur la pointe des pieds. Le jour commence à se coucher et je ne veux pas perturber le calme de la maison. Le calme après la tempête.
En bas, Théa se tient sur le pas de la porte, comme si elle hésitait entre dedans et dehors, les yeux mi-clos. Je prends sa main et je l’entraine dans le jardin puis dans la campagne environnante.
Le silence nous transporte avec douceur.

-J’avais déjà entendu parler d’un rouleau, murmure Théa au bout d’un moment en esquivant mon regard. On parle beaucoup sur le port. De tout. Pour peu qu’on ait des oreilles aux bons endroits. On se tient au courant. Un rouleau sur une légende oubliée. Qui changerait les choses. Les trois organismes le chercheraient.
-Pourquoi seraient-ils venus le chercher ici ? Chez nous ?
-Aucune idée. Peut-être que les rumeurs ont tord.
J’ai appris que les rumeurs ont toujours un fond de vérité, même infime.
-La plupart ne veulent pas en parler. Ils préfèrent se taire. Nier. Je t’en parle, parce que les légendes, c’est ton domaine, Enora. Et puis la maison est devenue bizarre depuis qu’ils…
Elle se mure à nouveau dans le silence et je n’insiste pas. Je devine ce qu’elle ne dit pas, ce qu’elle ne demande pas. Théa n’a jamais été très forte pour exprimer ses pensées intimes, j’ai appris à décoder ces mots et ses silences. Il faut que j’en sache plus sur ce rouleau. Nos pensées s’éloignent peu à peu.
Je savoure le vent, le silence et la fraîcheur du soir. À moitié dans la campagne aux côtés de Théa silencieuse, à moitié sur le bateau aux côtés d’Ethan parlant de la mer et de ses nuances. Le vent se fait musique, la nature chatoie tendrement, mes pensées deviennent poèmes. Je me laisse emporter par le doux chantoiement du monde…


Marine Ginot, 11/2018
Tous droits réservés

Tous les épisodes

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s