📚⎜ La ForĂŞt fantastique – V. Savignac

Bonjour Ă  tous,

Une bonne dose de légende arthurienne, une pincée de plusieurs autres mythes et contes, un soupçon de fantaisie et une cuillerée d’humour pour une quête du Graal surprenante et loufoque.
Je remercie vivement Victor Savignac pour sa proposition de SP. Un bon moment de lecture, mais un avis mitigé…

Titre : La ForĂŞt fantastique
SĂ©rie : Sur les traces du Graal /T1
Auteur : Victor Savignac
Édition : auto-édition (site)

Résumé
Pour sauver son royaume de l’invasion des Angles, Arthur n’a plus d’autre choix que d’envoyer ses chevaliers à la recherche du Graal. Mais seul un être pur peut trouver la coupe sainte et les espoirs du roi reposent principalement sur Galaad, l’un des jeunes chevaliers de la Table ronde.
Galaad quitte Tintagel sur son fier destrier et se lance sur les traces de Joseph d’Arimathie. Sa quête s’annonce difficile. La fée Lycie, blessée qu’il l’ai rejetée, lui complique encore la tâche : sur son chemin, les tentations ne manqueront pas. Galaad pourra-t-il rester pur et trouver le Graal ?

« Des nains apparurent alors, tout autour des ogres. Celui qui venait de râler décapita, d’un grand coup de hache, un ogre gigantesque qui avait eu le malheur de se baisser pour éviter l’épée magique.
Un autre nain se jeta dans la mêlée sans rien dire, mais agit aussitôt. Vif comme l’éclair, il asséna dans les fesses d’un ogre, un énorme coup de hache, puis un coup de poignard dans le bas des reins. Il se hissa, puis recommença avec un coup de hache en bas des omoplates et un coup de poignard à la base du cou. »

Mon avis
Les personnages évoluent dans un univers foisonnant de références et j’ai passé un bon moment en leur compagnie.
Néanmoins, certains aspects/passages du roman m’ont moins plu et je suis passée du sourire, au rire, au soupir à plusieurs reprises au fil des pages.

L’univers est vraiment agréable à visiter et l’omniprésence de références (régulièrement anachroniques) aux contes de fées, à divers mythes folkloriques, à plusieurs religions et aux chansons populaires et lui donne un côté fantaisiste et rocambolesque qui m’a globalement plu.
Cette ambiance féérico-loufoque est servie par une plume fluide et pleine d’humour. Certaines trouvailles m’ont vraiment plu (mention spéciale pour un breton appelé Anorac’h !).

Au détour d’un jeux de mots ou d’une chanson populaire, les personnages prennent vie. Chacun a un caractère bien trempé, souvent en désaccord avec ce que la légende ou le conte dit de lui. Les rencontrer, les croiser ou simplement en entendre parler me donnait envie de savoir qui j’allais découvrir plus loin !
S’ils sont complémentaires, ils ne sont pas vraiment sympathiques. De fait, j’ai plus accroché avec les alchimies entre personnages qu’avec les personnages eux-mêmes.

Néanmoins, ce sont également les relations entre personnages qui m’ont parfois coupé dans ma lecture.
D’une part, parce que la romance entre Galaad et une princesse (chaperonnée par sept amis) est trop mièvre à mon goût. Mais les autres personnages semblent être de mon avis…
D’autre part parce que les histoires de séduction et de coeurs prennent, à mes yeux, beaucoup de place sans apporter beaucoup d’éléments nouveaux à l’intrigue. Tous les rebondissements (ou presque) trouvent leur racine dans une histoire de coeur (en moins subtil), un jeu de séduction ou quelque chose d’approchant. Cette impression était renforcée par l’omniprésence de cette préoccupation pour tous les personnages (à quelque rares exceptions).
Si ces deux aspects m’ont amusé au début, le comique de répétition n’a pas agi.

« Ça se passe un peu trop bien » : une réflexion que je me suis régulièrement faite en cours de lecture. Les personnages semblent avancer dans leur quête sans être vraiment en difficulté et tout se résout rapidement (pour ne pas dire facilement). J’ai de plus été peu surprise par les rebondissements, j’attendais l’apparition de la prochaine référence avec davantage d’impatience que la prochaine péripétie. Le fait que les titres des chapitre dévoilent en partie ce qui va se passer n’a pas aidé à intensifier le suspense.

Le mot de la fin
J’ai globalement passé un bon moment dans cet univers féérico-loufoque peuplé de références et de jeux de mots. Ce roman revisite avec un style plein d’humour plusieurs mythes/folklores que je n’ai pas l’habitude de voir réunis.
Amusante au début, l’omniprésence des histoires de coeur et des jeux de séduction m’a néanmoins parfois coupée dans ma lecture.

Ă€ bientĂ´t,
Marine

Challenge de l'imaginaire

Image de fond issue de Pixabay

RĂ©pondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez Ă  l'aide de votre compte WordPress.com. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez Ă  l'aide de votre compte Google. DĂ©connexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez Ă  l'aide de votre compte Twitter. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez Ă  l'aide de votre compte Facebook. DĂ©connexion /  Changer )

Connexion Ă  %s