Chroniques, Littératures de l'imaginaire

📚⎜ 1515-1519 – Le Chroniqueur de la Tour

Bonjour Ă  tous,

1515-1519 commence comme un roman historique et se poursuit (presque) comme une fresque fantasy.
Je remercie Le Chroniqueur de la Tour pour sa proposition de SP.

Titre : 1515-1519
Auteur : Le Chroniqueur de la Tour (site)
Édition : Librinova / auto-Ă©dition (site)

Résumé
En France, le Comte d’AngoulĂȘme pĂ©nĂštre dans la cathĂ©drale de Reims. CouronnĂ© par un ange, c’est le roi François 1er qui ressort. De nombreux dĂ©fis l’attendent

Dans les Nouveau Monde, les espagnols explorent et exploitent les hommes et les ressources aux bénéfices de la Couronne et du pape Léon X. Une attitude qui a allumé dans le coeur de Taoca, indienne Taïnos, le feu de la vengeance.
Dans le reste de l’Europe, les alliances et les mĂ©fiances se crĂ©ent, se consolident et disparaissent au grĂ© des intĂ©rĂȘts de chacun


« â€“ Tu vas avoir contre toi la Ligue qui a vaincu Louis XII : les gobelins milanais contrĂŽlĂ©s par Sforza, les nains de Suisse, le Pape et son armĂ©e de morts-vivants et les VĂ©nitiens.
– Les nains sont tĂȘtus, je ne pense pas qu’on puisse les faire changer de camp. Le Pape va ĂȘtre difficile mais on peut espĂ©rer au moins la neutralitĂ©. Il faudra aller voir les VĂ©nitiens en temps voulu. Je pense que tu pourras y aller aprĂšs avoir assurera neutralitĂ© d’Henry VIII. Â»

Mon avis
Un roman historique avec un fond de fantasy, de magie et de rĂ©interprĂ©tation (vous comprendrez) des Ă©vĂ©nements de l’histoire.
J’ai apprĂ©ciĂ© ce voyage dans le passĂ© Ă  travers l’Europe et d’autres contrĂ©es.

Les aspects fantasy de l’univers se mettent progressivement en place : l’Ange au couronnement de François 1er, les elfes, les gobelins de Milan, les nains suisses, la magie liĂ©e Ă  la religion. Le tout est bien amenĂ©, bien prĂ©sentĂ© et forme un tableau cohĂ©rent pour accueillir cette version de l’histoire du monde.
Certaines idĂ©es/opinions exprimĂ©es par les personnages m’ont parfois posĂ© problĂšme, mais c’est justement liĂ© Ă  l’époque.

Les personnages sont nombreux et variés : on voyage à travers plusieurs cours royales (François 1er, Charles de Habsbourg et Venise, principalement), et chacune a ses protagonistes et ses intrigues.
Les intrigues tendent Ă  s’entrecroiser, les personnages se rencontrent, s’allient et se dĂ©fient au grĂ© des enjeux du moment. Les Ă©lĂ©ments se dĂ©voilent progressivement, remettant en cause une partie de ce que l’on appelle Histoire (je n’en dirai pas plus).
L’histoire est globalement agrĂ©able Ă  suivre, bien que je n’ai pas trop compris ce qu’apportaient les passages dans le Nouveau Monde, pour l’instant moins directement liĂ©s aux principales pĂ©ripĂ©ties (il y a un deuxiĂšme tome). Elles apportent nĂ©anmoins un dĂ©paysement qui m’a bien plu (Ă  dĂ©faut d’apprĂ©cier ce qui s’y passe).

La plume est fluide et fait émerger les personnages et les atmosphÚres avec adresse et efficacité. TantÎt incisive tantÎt plus réfléchie, elle accompagne le rythme des événements, prend le temps de les raconter et de bien présenter les personnages.

Le mot de la fin
Une fresque entre histoire et fantasy, entre Europe et Nouveau Monde, une histoire des individus et des peuples.
J’ai globalement beaucoup apprĂ©ciĂ© ce roman chorale et sa maniĂšre de revisiter l’histoire du monde. Certains passages m’ont nĂ©anmoins moins plu.

À bientît,
Marine

CLI_banniĂšre_2

SimPlement – simplement.pro

Image réalisée avec Canva.

Ce livre Ă©mane d'un SP