📚⎜ Le serment du Corbeau – H. Laymore

Bonjour,

Après une pause estivale (en décalé), je viens vous parler de mes dernières lectures.
J’ai récemment plongée dans la tourmente de la Terreur à Lyon avec le tome 1 de Lyon des Cendres publié par les éditions L’Alchimiste que je remercie chaleureusement pour leur envoi !

Titre : Le serment du Corbeau
SĂ©rie : Lyon des Cendres /T1
Plume : H. Laymore
Édition : éditions L’Alchimiste (site)

Résumé
L’étau de la Terreur se resserre sur la France. Robespierre domine les révolutionnaires soutenus par des alliés puissants : les Alchimistes.
À Lyon, la résistance royaliste a été écrasée et l’occupation de la ville commence.
Laurent d’Orléac appartient aux Hussards de la Mort, un corps d’armes indépendant chargé des affaires occultes. Il gagne Lyon pour enquêter sur la disparition d’un frère d’armes surnommé le Grignet.
Dans l’ombre, ils sont nombreux à mener l’enquête, à suivre sa trace. Et à tracer la leur.
Enquêtes, manipulations, contrebande et magie s’entremêlent sur les routes de France et dans les rues de Lyon.

« – […] Mais Kalisc avait un pressentiment. Vous savez comme parfois il « sent » certaines choses. Et il eut raison car le Grignet a trouvé bien mieux que quelques coffres remplis d’or.
Les yeux du général se rétrécirent, il essayait de deviner ce qui suivrait et cachait mal son impatience, d’autant que Laurent ménageait ses effets.
– Il se trouvait bel et bien une évacuation d’objets passant par les anciens chemins de Mandrin, mais elle ne concernait en rien des valeurs monétaires. Les bohémiens servaient de convoyeurs, et les objets passés en douce relevaient tous des domaines interdits, sorcellerie, mysticisme, religions, sectes et… alchimie.
Se relevant de son siège qui craqua dangereusement, ou peut-être était-ce son dos, le général poussa un long soupir.
– Nous y voilà… »

Mon avis
Une lecture dense et sinueuse, un voyage dans un passé revisité, une intrigue qui entremêle les éléments et entraine son lecteur…
Après un début un peu laborieux, je me suis laissée entrainer avec beaucoup de plaisir à la rencontre des personnages, et je me suis laissée égarer dans l’intrigue labyrinthique.

Le début a été difficile car très foisonnant. Chaque chapitre voit apparaître un nouveau personnage, qui meurt parfois dans ce même chapitre. Je pensais que le livre se focaliserait davantage sur l’enquête de Laurent, si bien que le nombre de personnages présentés m’a égaré au début. Les pièces d’un puzzle complexe se sont progressivement mise en place (davantage pour le lecteur que pour les personnages).
Il y a également beaucoup d’explications sur certains aspects de l’univers et d’autres  aspects que je n’ai pas compris tout de suite. Il m’a fallu plusieurs chapitres pour véritablement comprendre on allait : moins que le récit d’une enquête, Le serment du Corbeau est la peinture d’une époque.

Le roman promène le lecteur à travers le pays pour lui faire visiter une France déchirée par la Terreur et la peur, encore hantée par la Révolution. La magie est omniprésente et redoutée, souvent annonciatrice de malheur, incarnation du mal. Les Alchimistes ont conquis le pouvoir grâce à leur puissance, ils offrent la science et veulent détruire le mysticisme. Cela donne un climat d’inquiétude tirant vers l’obscurité…
Laurent avance sur les routes du pays, il va à Lyon. Les éléments de son enquête et de son passé apparaissent progressivement.
Un passé complexifié par ce que nous en apprennent les autres personnages…
Les personnages se croisent sans se connaître vraiment, des secrets se terrent dans les recoins oubliés de leur mémoire, la magie s’invitent dans un pays troublé et effrayé. Certains veulent le pouvoir, d’autres la justice, d’autres des réponses, et d’autres encore ne savent pas ce qu’ils cherchent.

L’univers se dĂ©voile progressivement, au fil des dĂ©couvertes et des allusions des personnages.
La place de la magie m’a plu : discrète et omniprĂ©sente, arme et outils, vu comme un bienfait ou une malĂ©diction, donnant le pouvoir ou des responsabilitĂ©s, nĂ©cessitant discrĂ©tion et offrant la puissance… Les personnages l’utilisent, s’en mĂ©fient ou les deux.
J’ai particulièrement apprĂ©ciĂ© une forme de magie originale liĂ©e Ă  la musique (mais je n’en dirai pas plus).

La plume dépeint les paysages et les personnages, joue avec les mystères qui les entourent, prend son temps, s’égare dans un souvenir ou un souterrain. Elle évoque avec détails, montre avec puissance, raconte avec émotions. Elle m’a égarée et m’a entrainée.
L’époque est troublée et les personnages se troublent avec elle.

Le mot de la fin
Un début un peu laborieux mais je ne regrette pas d’avoir persévéré !
J’ai un faible pour les romans historiques et l’entremêlement d’histoire d’histoire et de fantasy me plaît beaucoup. Les couleurs apparaissent progressivement et il me tarde de découvrir la suite de cette fresque historico-fantasy dans une ville que j’aime beaucoup.

Ă€ bientĂ´t,
Marine

Challenge de l'imaginaire

Image réalisée avec Canva, fond issu de Pixabay.

RĂ©pondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez Ă  l'aide de votre compte WordPress.com. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez Ă  l'aide de votre compte Google. DĂ©connexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez Ă  l'aide de votre compte Twitter. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez Ă  l'aide de votre compte Facebook. DĂ©connexion /  Changer )

Connexion Ă  %s