📚⎜ BĂ©rĂ©nice, malgrĂ© elle – L. Voisin

Battue par les vents, sauvage et violente, la Terre a été transformée par le Désastre. Un univers intéressant pour une lecture mitigée.
Je remercie Marathon Éditions de m’avoir proposé de découvrir cette dystopie.

Titre : Bérénice, malgré elle
Plume : Laura Voisin
Édition : Marathon Éditions (clic )
Pinceau de couverture : La boite Ă  Lux (clic)

Résumé
2165. Il y a quelques décennies, le Désastre a ravagé la planète et le monde s’est morcelé. Les Citoyens ont le privilège de vivre sous des dômes protecteurs tandis que les Extérieurs doivent se contenter des alentours.
Pour ces derniers, la Loterie peut réaliser un rêve : le gagnant peut devenir Citoyen.
Presque par accident, Bérénice vient de gagner la Loterie. Une nouvelle vie s’offre à elle, pleine de richesses et de paillettes. Mais la jeune fille va très vite être confrontée à l’envers du décors…

❝ Elle était arrivée par le haut. À ses pieds, son village enchâssé dans le sable jaune orangé de l’erg de Rivapolis s’étalait avec, à sa droite, les toitures-terrasses des hangars de NutriPlus. La jeune fille était restée plantée ainsi un long moment, à fixer le petit centre, ses arbres synthétiques, la parabole de communication, l’ancien lit de rivière desséché depuis des décennies, les serpents des tubes qui approvisionnaient ses habitants : bleu foncé pour l’eau dessalée, bleu clair pour l’eau de lune, blanc pour l’oxygène. Sa maison était là, au fond de cette impasse, en bordure de désert. Un espoir soudain l’avait envahie. ❞

Mon avis
Un univers cohérent, une polyphonie bien menée, des personnages en nuances, une plume fluide, mais j’ai néanmoins eu besoin de plusieurs chapitres avant de véritablement accroché avec le livre, pour une lecture mitigée par plusieurs points.

Le monde après la fin du monde : un climat hostile, des ressources rares, une nature synthétique, des injustices et des disparités,… L’univers est cohérent, crédible et fouillé.  Les éléments se dévoilent au fil des pages et des (més)aventures de Bérénice. Il gagne en profondeur, distance et complexité.
N’ayant pas lu le résumé de l’éditeur avant de commencer ma lecture, j’ai été un peu (trop) perdue au début par des éléments expliqués dans cette quatrième de couverture, avec entre autre : le Désastre, les disparités sociales et les enjeux de la Loterie.
Néanmoins, le contexte et l’intrigue m’ont peu à peu permis de mieux comprendre et de me laisser emporter par l’univers créé par Laura Voisin.

La narration polyphonique dévoile progressivement des éléments complémentaires, permettant à la fois de mieux appréhender l’environnement, l’univers et les enjeux. Le roman est séparé en deux livres, le premier principalement centré sur Bérénice et son père, le second sur Bérénice et Glen Paldwin.
J’ai eu du mal à rencontrer Bérénice. L’humeur de la jeune fille alterne très rapidement entre tristesse, empathie, méfiance, dépression, timidité, confiance en elle, détermination et force charismatique, ce qui ne m’a pas toujours convaincue. Tour à tour entrainante, attachante et instable, Bérénice se lance à la découverte d’un monde qu’elle connait peu et en découvre les secrets.
Plusieurs personnages gravitent autour d’elle ou de son histoire. Entre apparences, courtoisie et jeux de dupes, ils dissimulent autant qu’ils dévoilent. Dans ces méandres inconnus, plusieurs personnages guident et introduisent Bérénice… Concernant les personnages secondaires, j’ai particulièrement apprécié la complexité de Ted et d’Ingrid (Mikrabak), ainsi que la fraîcheur teintée de secrets de Nikolas.

La plume de Laura Voisin est fluide et entrainante. À l’encre de ses mots, l’univers prend forme et les personnages s’animent.
Après un début un peu plus lent qui pose le décors et introduit les personnages, le rythme s’accélère et les péripéties s’enchaînent. Au fil des chapitres, les alliés et les ennemis se dévoilent tandis que les fils d’intrigue s’éclairent et s’entremêlent. Jouant avec le suspense et les mystères, Bérénice découvre, rencontre et comprend…
Le rythme intense m’a parfois paru très rapide, notamment concernant les évolutions  et comportements des personnages et certaines découvertes ou alliances qui arrivent un peu trop au bon moment.

Le mot de la fin
Un univers intéressant et complexe qui est progressivement introduit par des personnages nuancés, une plume fluide et entrainante servie et une narration polyphonique.
Malgré cela, j’ai éprouvé quelques difficultés à entrer dans l’histoire et j’en ressors mitigée par plusieurs éléments liés aux attitudes et évolutions de certains personnages et à un rythme parfois trop rapide.
Je serais néanmoins curieuse de découvrir la suite des aventures de Bérénice et ses alliés.

Ă€ bientĂ´t,
Marine

RĂ©pondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez Ă  l'aide de votre compte WordPress.com. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez Ă  l'aide de votre compte Google. DĂ©connexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez Ă  l'aide de votre compte Twitter. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez Ă  l'aide de votre compte Facebook. DĂ©connexion /  Changer )

Connexion Ă  %s