Enora E05

néviri, le 16ème jour de larvi
Fujimora, île de Neylis, Archipel de Ney

Cher journal,

Comme prévu, le temps c’est beaucoup rafraîchi…
La bibliothèque ressemble d’autant plus à un refuge, avec son atmosphère chaleureuse, ses feux de bois dans chaque pièce (ou le chauffage, mais plus rarement).

Dans les archives, nous avons trouvé un parchemin extrêmement ancien, un extrait de carnet de voyage de l’un des Empereurs d’Ieïlizrinn. Les hinoatts ont vraiment un grand attachement pour les découvertes : le journal est très précis, de même que les dessins d’illustration.
C’est magnifique !
La Conservatrice, celle qui est responsable de la bibliothèque, va le faire acheminer jusqu’à l’Impératrice actuelle. Comme les voies postales ne sont pas toujours sûres, à la fois en terme de confidentialité et de sûreté, elle a fait appel à un émissaire assermenté du peuple des Sonnistes de la Dohémie.
Les Sonnistes sont l’un des sept peuples lenjol. Les peuples vivent indépendamment les uns des autres et maitrisent chacun un élément. Il y a :
– les Chevaucheurs du Kilah, le peuple de la terre
– les Voltigeants de Stir, le peuple de l’air
– les Flamboyants du Dovathiq, le peuple du feu
– les Frissonneurs de Tohmroly, le peuple de la glace
– les Mouvants de Virlin, le peuple de l’eau
– les Scintilleurs du Luisto, le peuple de la lumière
– les Sonnistes de la Dohémie, le peuple du son
Je n’en sais pas plus, pour l’instant.
Toujours est-il que les Sonnistes sont le moyen le plus sûr de faire voyager un objet. Et même une personne. Il y a une sorte de hiérarchie selon l’espace qu’ils couvrent et le degrés de confidentialité de la course.
On étudiera les sept peuples quand on aura fini avec les hinoatts…
… Qui sont toujours aussi complexes à comprendre, au passage… Plus d’une cinquantaine de divinité… Le prof nous a dit de surtout retenir les deux panthéons, de la quatrième (l’intelligence, la connaissance, l’équilibre, les arts et le foyer) et la cinquième génération (le courage, la fidélité, la défaite, le respect), parce qu’ils montrent les valeurs/idées les plus importantes pour ceux qui le révèrent.

L’émissaire assermenté va arriver bientôt pour emmener le parchemin jusqu’en Ieïlizrinn.
Je vais essayer de voir si je peux en profiter pour prendre un congé. Le Raliomèn est potentiellement sur le chemin d’Ieïlizrinn, ça me permettrait de rentrer chez moi en toute sécurité. Parce que mes parents ne veulent pas que je voyage seule sur l’eau.
Il faut que j’en parle à ma supérieure, qui en parle à sa supérieure, et ainsi de suite…
Et à Lucien, puisqu’on habite au même endroit, et ça résoudra le problème du retour…

On sonne.
J’ai à peine le temps d’ouvrir la porte que Nohémys fond dans mes bras.
Je lui tapote le dos maladroitement, un peu dépassée par les événements. Je referme la porte d’un léger coup de pied et attends que la crise passe.
Puis je l’installe dans le canapé avec une boite de mouchoirs avant d’aller mettre de l’eau à chauffer.
Lorsque je la rejoins avec la tablette de chocolat que j’ai en permanence dans mon frigo, je reste stupéfaite devant son visage rouge. Les hinoatts ont une peau très pâle qui ne marque pratiquement jamais. Mais là, tout son visage clame sa détresse. Une larme orpheline coule.
Je lui tend le chocolat en silence et lui masse le dos.
-C’est Killian…
Ça, je ne l’aurais jamais deviné… Les hinoatts changent sans cesse de « petit copain »/relation tant qu’ils n’ont pas trouvé la personne qu’ils considèrent comme leur âme soeur. Je l’ai vu se séparer de plusieurs garçons sans problème, parfois dans la même semaine. Mais comme pour eux seul l’esprit est important, les relations de couple ne signifie rien tant qu’ils ne sont pas unis pour la vie.
C’est la première fois, à ma connaissance, qu’un garçon la met dans cet état…
-Il… Il veut qu’on arrête… Il dit que… ça signifie rien pour moi… qu’il signifie rien… qu’il veut pas souffrir… à cause de moi…
La différence fondamentale entre eux vient de les rattraper…
-Et toi ? je lui demande.
-C’est la première fois que je reste plus de deux decades consécutives avec quelqu’un !
Je crois que je me serais passée de cette précision…
Les larmes coulent à nouveau et je la prends dans mes bras.
-C’est la première fois que tu te transformes en serpillère, aussi ?
Nohémys est la joie. S’apitoyer avec elle ne sert à rien, elle a besoin de rire. D’ailleurs ça marche, un rire timide, entrecoupé de larmes.
-Ne te moques pas !
Je lui souris malicieusement avant de gagner la cuisine pour préparer un thé avant que l’eau ne soit froide.
Je lui tends une tasse plus ou moins chaude, plutôt moins, d’ailleurs.
-Soirée film-chocolat-comédie stupide, alors ? Non, en fait ce n’est pas une question. Tu restes !
Elle a obéit, avec une sorte de soulagement inscrit sur son visage.

Elle s’est endormie de longues heures plus tard, dans mon canapé, épuisée.
J’ai rejoint ma propre chambre, pour t’écrire.
C’était perturbant, de la voir si bouleversée…


Marine Ginot, 12/2017
Tous droits réservés

Lire la suite
Tous les épisodes

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s