Chroniques, Littératures de l'imaginaire

📚⎜ Le rĂšgne de l’empereur – T. et F. Gindre

Bonjour Ă  tous,

Une nouvelle lecture issue de L’Antre des livres (clic) m’a permis de dĂ©couvrir un autre monde : magie, crĂ©atures pas que malĂ©fiques, divinitĂ©s, aventures, amitiĂ©s (et plus si affinitĂ©s), trahisons,

Une belle dĂ©couverte assortie d’une belle rencontre : merci Marathon Éditions pour ce
SP !

Titre : Le rĂšgne de l’Empereur ♚ L’intĂ©grale
Auteur : Thomas et Florence Gindre
SĂ©rie : Le rĂšgne de l’Empereur
Éditeur : Marathon Éditions (site)

Résumé
Depuis 200 ans, l’empereur Narnienn rĂšgne sur le monde des hommes. À prĂ©sent, il va parachever son oeuvre de domination : les autres espĂšces doivent s’incliner devant sa suprĂ©matie ou mourir face Ă  son armĂ©e. La guerre est en marche.
Ils Ă©taient trois elfes, ils avaient volĂ©s trois oeufs de skyraffs. Il dĂ©tient le dernier, il est blessĂ© et les crĂ©atures de l’empereur sont sur ses talons. Il s’oblige Ă  avancer, guidĂ© par l’oeuf, attirĂ© par son skyran.
Ce ne devait ĂȘtre qu’une sortie de chasse classique pour Espa. Mais il a rencontrĂ© un elfe qui lui a remit un oeuf avant de mourir. L’adolescent voudrait comprendre pourquoi il se retrouve avec cet encombrant objet

Puis l’oeuf Ă©clĂŽt et un skyraff en sort, une crĂ©ature dont Espa ignorait jusqu’à l’existence. MalgrĂ© lui, malgrĂ© eux, ils ont un rĂŽle essentiel Ă  jouer dans la guerre qui s’annonce


« Le skyran et le skyraff avancĂšrent d’un mĂȘme pas, comme mus par une force invisible. Ils montĂšrent quelques marches et franchirent l’ancien seuil. Ce n’était que des vieilles pierres autour d’eux, mais ils se sentaient transfĂ©rĂ©s Ă  l’époque majestueuse de la cathĂ©drale. Ils pouvaient presque voir les hauts murs se terminer par de belles voĂ»tes, deviner le soleil se reflĂ©ter de milles couleurs en passant par les vitraux. Ils aboutirent Ă  l’emplacement de l’ancien choeur, lĂ  oĂč la rencontre avait eu lieu. Ils Ă©taient seuls sur la place, au milieu des ruines et des herbes se mouvant au grĂ© du vent. Ils Ă©taient lĂ  oĂč tout avait commencĂ© pour eux. À cet instant, le skyran et le skyraff se sentirent fortement unis pour lutter contre le mal. Â»

Mon avis
J’ai eu un peu de mal Ă  accrocher au dĂ©but car cela ressemblait beaucoup Ă  la trame d’Eragon : un elfe transporte un oeuf mystĂ©rieux dĂ©robĂ© au pĂ©ril de sa vie Ă  un empereur malĂ©fique, dont il fuit les sbires monstrueux, puis parvient Ă  le confier Ă  un adolescent chasseur qui n’a aucune idĂ©e de ce qu’il contient et se retrouve pris dans une guerre contre le Mal.
NĂ©anmoins, les personnages et l’univers m’ont peu Ă  peu entraĂźnĂ©e et je me suis laissĂ©e porter par les aventures d’Espa (le skyran), XĂ©nos (le skyraff) et des autres (nombreux) protagonistes.

Si les premiers rebondissements ne m’ont pas tellement surprise (pour la raison expliquĂ© auparavant), Le rĂšgne de l’Empereur affirme progressivement son originalitĂ© par la construction de son univers et de son intrigue.

L’univers est complexe, construit en plusieurs niveaux qui interagissent plus ou moins directement (vous comprendrez). Plusieurs espĂšces y Ă©voluent (plus ou moins pacifiquement) : humains, elfes, nains, divinitĂ©s, et d’autres espĂšces. La magie est Ă  la fois Ă©lĂ©mentaire et liĂ© Ă  l’ascendance divine des individus.
C’est cet univers qui met Espa et XĂ©nos Ă  l’épreuve, non seulement Ă  cause des sbires de l’Empereur, mais Ă©galement par la dangerositĂ© de leur mission/voyage. Les ennemis comme les alliĂ©s sont foisonnants, variĂ©s et crĂ©atifs. Et des prophĂ©ties viennent expliquer/complexifier la situation.

Le duo Espa/XĂ©nos est complĂ©mentaire. Le skyran Espa a une forme de fraĂźcheur et de (relative) naĂŻvetĂ© qui s’accordent avec sa jeunesse. PlongĂ© dans des Ă©vĂ©nements sur lesquels il n’a pas prise et qu’il ne comprend pas complĂštement, il gagne peu Ă  peu en assurance et en maturitĂ©. XĂ©nos alterne entre la voix de la sagesse et l’amusement du louveteau (pardon : du jeune skyraff). Ils se dĂ©couvrent, deviennent amis et apprennent Ă  agir de concert. Les caractĂšres respectifs apportent de l’équilibre Ă  leurs dĂ©cisions.
Les personnages gravitant autour d’eux sont soignĂ©s, avec des failles et des forces.  Ils existent en dehors de leur rencontre avec Espa et XĂ©nos, mĂȘme si celle-ci donne un nouveau souffle Ă  leur rĂŽle dans l’histoire. Bien que certains personnages plus secondaires soient un peu plus stĂ©rĂ©otypĂ©s, la nuance de gris est de mise pour tous les personnages.
Jusqu’à l’empereur Narnienn. PrĂ©sentĂ© au dĂ©but de la trilogie comme un empereur malĂ©fique, quelques passages dans son palais permettent de nuancer la noirceur de son but
 (je n’en dirais pas plus).

Le rĂšgne de l’Empereur est une crĂ©ation Ă  4 mains : une adulte et un adolescent. Cela s’entend dans bien des passages et des rĂ©actions des personnages : les personnages sonnent justes. Une plume fluide et entrainante qui s’amuse sur certaines phrases, trĂ©buche Ă  d’autres, et fait naĂźtre un monde et ses beautĂ©s (et ses monstres aussi) au fil des pages.

Le mot de la fin
Si le dĂ©but a Ă©tĂ© un peu laborieux, je n’ai pas regrettĂ© de m’ĂȘtre laissĂ©e emporter par l’univers et les personnages. Le premier est complexe et crĂ©atif. Les seconds sont soignĂ©s et complĂ©mentaires (ce dernier point ne concerne que les personnages principaux, vous vous en doutez). Les pages se tournent avec fluiditĂ©, au grĂ© des rebondissements et des rĂ©vĂ©lations.

À bientît,
Marine

L’image de fond est une photo prise par mes soins.

 

Challenge de l'imaginaire

Ce livre Ă©mane d'un SP

1 rĂ©flexion au sujet de “📚⎜ Le rĂšgne de l’empereur – T. et F. Gindre”

Les commentaires sont fermés.