La derniÚre vision de MaÀ - Laurent Salipante - Imagin'encre
Chroniques, Littératures de l'imaginaire

📚⎜ La derniĂšre vision de MaĂ€ – L. Salipante

Bonjour Ă  tous,

J’ai poursuivi mon exploration du catalogue de Marathon Éditions avec La derniĂšre vision de MaĂ€ et je remercie l’éditrice de m’en avoir proposĂ© la lecture.
Une lecture un peu en demi-teinte, sombre, intrigante, entre espoir et résignation, qui évoque la construction de soi et du monde.

Titre : La derniÚre vision de MaÀ
Plume : Laurent Salipante
Édition : Marathon Éditions (clic)
Pinceau de couverture : Chez CLM – Leila Bouslama (clic) 

Résumé
Depuis quelques temps, le doute s’infiltre dans les pensĂ©es d’Anzy. Un doute terrible, renforcĂ© par les paroles des amis et les convictions vacillantes des adultes. Anzy doute de MaĂ€, de leur errance, de ce qu’on lui a dit. Alors, pour rassurer son fils, Edena lui raconte Ă  nouveau, comme quand il Ă©tait petit, l’histoire de MaĂ€, celle qui est nĂ©e du corps d’une femme et a changĂ© le destin de l’humanité 

❝ Varu avait Ă©tĂ© celui que je prĂ©fĂ©rais quand j’étais petite, avant qu’il ne porte la barbe. Bien que je sois nĂ©e du ventre d’une femme, il se montrait toujours bienveillant avec moi, et n’évoquait jamais ma diffĂ©rence. Je me souviens qu’il m’emmenait en promenade sur son cheval et qu’il me racontait des histoires, le soir, Ă  la lueur des bougies. C’était quelqu’un de bien, Varu. Puis l’ñge adulte Ă©tait venu et j’avais senti ses sentiments progressivement changer, passer de l’innocence Ă  la mĂ©fiance, de l’amour Ă  la haine. Le Varu que j’avais admirĂ© n’existait plus. Maintenant, il buvait et frappait comme Mika, et comme notre pĂšre. Il avait appris de notre grand frĂšre comme se comporter en vĂ©ritable homme dans le Moab. [
]
Mon frĂšre se tenait droit, trĂšs fier, et promenait son regard autour de lui en levant la chose au-dessus de sa tĂȘte comme un sceptre redoutable. Ses yeux s’arrĂȘtĂšrent sur moi, se plissĂšrent, d’un air de dire que c’était lui le chef maintenant qu’il dĂ©tenait cet Ă©trange instrument. ❞

Mon avis
Globalement, une lecture en demi-teinte. L’univers est trĂšs sombre, presque oppressant, mais il s’incarne avec force au fil des pages, au fur et Ă  mesure du cheminement de MaĂ€, et la narration pousse en avant, sur les traces de cette jeune fille Ă  la naissance si particuliĂšre.

La foi en MaĂ€ guide Anzy, ses parents et leurs proches, guide leur errance, influe sur leur vie, dessine leur sociĂ©tĂ©, raconte leurs origines…
MaĂ€ voit le jour dans un univers sombre, dur, sourd aux autres. Les rats pullulent,  les mi-hommes sont rĂ©duits en esclavage, les hommes dominent les femmes et les Seigneurs du Domaine les dominent tous. L’atmosphĂšre est trĂšs particuliĂšre, parfois oppressante, avec une peur et une violence omniprĂ©sentes renforcĂ©es par les attaques du Tantacle contre l’humanitĂ©, et notamment contre la grande ville.
Cette noirceur du monde et des personnages (Ă  quelques exceptions prĂšs), m’a tantĂŽt intriguĂ©e et entrainĂ©e, tantĂŽt rebutĂ©e, notamment quand la violence envers les mi-hommes et MaĂ€, personnages considĂ©rĂ©s comme infĂ©rieurs, est d’une cruautĂ© extrĂȘme. NĂ©anmoins, l’amorce par Edena et l’envie de comprendre cet environnement et de faire le lien avec la situation d’Anzy m’ont conduite Ă  poursuivre ma lecture.

Dans cet univers oĂč chacun nait de Maman, MaĂ€ est une fille naturelle, nĂ©e du ventre d’une femme, ce qui en fait dĂ©jĂ  une Ă©trangetĂ© Ă  la limite de l’anomalie. À cela s’ajoute un don unique : son extraordinaire empathie, sa capacitĂ© Ă  ressentir les Ă©motions et revivre les souvenirs de ceux qui l’entourent. Sa sensibilitĂ© prend de l’ampleur au fil des pages, lui permettant progressivement de comprendre ce monde qui l’a vu naĂźtre et ce qu’abrite le coeur des hommes. Peu Ă  peu, Ă  travers son regard, ce monde cruel gagne une Ăąme, une flamme d’espoir, terriblement proche des tĂ©nĂšbres de la haine et du mĂ©pris, et les Ă©preuves font grandir MaĂ€ et Ă©voluer sa perception des choses.
Douleur, naĂŻvetĂ©, cruautĂ©, fraĂźcheur, confiance, foi, violence, mĂ©pris, rĂ©signation et haine prennent coeur dans les personnages qui l’entourent. Violents, impitoyables, cruels, doux, affectueux, adjuvants, individuel ou foule anonyme, ils s’incarnent, agissent, bafouent, guident, violentent, aident, trahissent. InĂ©galement subtils, ils tĂ©moignent d’une humanitĂ© qui a perdu le sens de la violence, guidĂ© par un instinct de domination et une volontĂ© de puissance.

La plume est fluide, immergĂ©e dans le point de vue de MaĂ€, ce qui permet Ă  la fois de comprendre son Ă©volution et son rapport Ă  la « normalitĂ© Â» de son monde.
Étant personnellement souvent moins facilement entrainĂ©e par les narrations Ă  la premiĂšre personne, j’ai eu initialement un peu de mal Ă  entrer dans le rĂ©cit de cette jeune fille. Mais peu Ă  peu, l’envie de savoir la suite, l’espoir que la noirceur ne domine pas complĂštement et l’envie de comprendre la jonction avec la situation d’Anzy m’ont entrainĂ©e, d’épreuves en dĂ©couvertes, jusqu’à la rĂ©vĂ©lation finale.

Le mot de la fin
Il m’a fallu plusieurs chapitres avant de pĂ©nĂ©trer dans cette histoire, un peu trop de violente noirceur et d’omniprĂ©sente cruautĂ© Ă  mon goĂ»t. Je me suis laissĂ©e entrainĂ©e sur le chemin du possible, mĂȘme si cette lecture reste en demi-teintes.
L’univers proposĂ© par Laurent Salipante est fort, marquĂ©, marquant, en nuances de sombre sur les traces d’un possible Ă©clat d’espoir. Au fil des pages et des Ă©preuves, MaĂ€ grandit et ouvre d’autres yeux sur ce monde qui l’a vu naĂźtre. Son cheminement interroge le monde et explore un autre possible, redonnant un sens Ă  l’errance de ceux qui croit en elle.

À bientît,
Marine

Image réalisée avec Canva.

Ce livre Ă©mane d'un SP

2 rĂ©flexions au sujet de “📚⎜ La derniĂšre vision de MaĂ€ – L. Salipante”

Les commentaires sont fermés.