📚⎜ Ombruscus – J.-D. Doutreligne

Bonjour Ă  tous

Avec Ombruscus, j’ai découvert un univers fascinant, sombre, complexe et entrainant, qui m’a rapidement séduite. Cette lecture en nuances de nuit, de rêve et de cauchemar m’a énormément plu !
Je remercie vivement les éditions L’Alchimiste de m’en avoir proposé la lecture !

Titre : Ombruscus
Plume : Jean-Daniel Doutreligne
Édition : éditions L’Alchimiste

Résumé
Lorsque l’Oeil de la Stèle se révulse, le Cycle Nocturne commence et le Cauchemar envahit l’île. Rester dehors sans Masque du Sommeil relève du suicide.
Maître Val le sait. Pourtant, il est dehors, il se hâte, tandis que l’obscurité tombe…
Au sein de la Maison, Tim va bientôt achever son apprentissage. Bientôt, il choisira sa fonction pour oeuvrer à la protection de l’île. Pour l’instant, le jeune homme essaie encore de déterminer sa voie et de dissimuler certains secrets…

❝ Gorgefontaine était une ville somptueuse. Toutes les maisons étaient d’un blanc lumineux et n’excédaient pas un étage. Les fenêtres, disposés ça et là sur des niveaux différents, étaient rondes et munies de volets aux couleurs chatoyantes. Des jardins bien entretenus cernaient les demeures et embaumaient l’air d’un doux parfum.
Les allées étaient revêtues de dalles en marbre au centre desquelles était gravé par endroit l’emblème de la ville, une goutte d’eau stylisée. Au milieu, sur toute la longueur des allées, une eau claire s’écoulait sein d’une tranchée d’un mètre de large environ Contrairement aux rues, les places étaient vastes et toutes nanties d’une fontaine ou d’un bassin.
Bien que légèrement excentré de la ville, le seul bâtiment qui jurait avec le reste était le Temple des Soeurs de la Résurrection, un édifice gris, haut de plus de trente mètres. Les mures étaient lisses et dépourvus d’ouverture, à l’exception d’une porte qui ne pouvait se débloquer que de l’intérieur. Hormis les Soeurs, personne ne pouvait se vanter d’avoir un jour pu pénétrer dans la bâtisse.❞

Mon avis
Ce roman m’a énormément plu ! Il réunit de très bons ingrédients qui m’ont entrainé dans son atmosphère particulière. Un univers fascinant, original et complexe, des personnages nuancés et attachants, une quête, des mystères, une plume fluide, une intrigue addictive…

L’univers est sombre sans être obscur, surprenant, déstabilisant, à la frontière entre réalité, rêve et cauchemar, relativement sauvage et parfois hostile, bien construit et original. Il a sa propre histoire, sa propre densité, ses spécificités et des nuances riches.
Bien travaillé et approfondi, il m’a rapidement séduite et intriguée, même s’il m’a fallu plusieurs chapitres avant de me familiariser avec le vocabulaire local et de commencer à comprendre le fonctionnement de l’île et de la Maison. Peu à peu, de pages en pages, j’ai découvert son histoire et commencer à percevoir sa complexité.
Plusieurs espèces et créatures cohabitent sur cette île ravagée par le Cauchemar. Outre les humains, on rencontre des Sélyphes, Fémérides, Teebidums et d’autres encore. Ces créatures non-humaines m’ont beaucoup plu par leur originalité et leur créativité: chacune a ses particularités, ses attitudes, ses aspirations…
J’ai également particulièrement aimé la magie développée autour de la Kalligraphie, que je vous invite à découvrir !

J’ai exploré cette île sur les traces de Tim et des autres personnages, embarqués pour une enquête qui en cache une autre. Je vais m’attarder sur trois personnages principaux et vous laisserai découvrir les autres en lisant le roman.
Tim a seize ans, il doit choisir le rôle qu’il souhaite assumer au sein de la Maison et se retrouve embarqué dans une quête décisive pour l’avenir de l’île. Entre apprentissage et exploration, il raconte son monde et ses nuances, grandit, mûrit, se découvre lui-même. Légèrement têtu et parfois réfractaire à l’autorité, mais loyal, courageux et bienveillant, il avance en même temps que l’enquête, avec chance, finesse et des alliés fiables.
Maître Ver-de-Cendre est le nouvel Instructeur de Tim : peu bienveillant, plutôt autoritaire, assuré et déterminé. Sa dureté de façade cache un soucis et une sensibilité qu’il faut savoir déceler et apprécier.
Axelle est Kalligraphe. Armée d’un pinceau et de sa connaissance de l’île, elle guide et soutient, explore et découvre, encourage et pacifie. Courageuse, déterminée et fiable, elle ouvre de nouvelles possibilités à Tim…
En ouvrant Ombruscus, vous rencontrerez également Céliandre et ses mystères, Améline et son optimisme loyal, Vera et ses manigances, des Kalligraphes, des Nécrographes…

La plume est fluide, travaillée, dans la complexité, offrant un univers particulier au fil des pages et des chapitres. Dynamique, posée, énergique, poétique, elle alterne les tonalités pour donner à percevoir les subtilités de la narration et des points de vue des personnages. L’univers émerge de ses phrases, se dessine, se précise au fil des formulations et des découvertes de personnages.
Elle tisse l’intrigue avec adresse et rythme, les éléments s’emmêlent, se dévoilent, s’embrouillent…

Le mot de la fin
J’ai adorĂ© ! L’univers m’a rapidement conquise : fascinant, original, complexe, et le roman permet de le dĂ©couvrir peu Ă  peu, de commencer Ă  le comprendre. L’intrigue est dynamique, entrainante, difficile Ă  lâcher, et donne de la profondeur aux personnages. Ces derniers sont pris dans une enquĂŞte qui les entraine dans des zones troubles, inconnues et dangereuses du monde et de son histoire… Et surtout, cette enquĂŞte va les mener aux limites du monde qu’ils connaissent…

Ă€ bientĂ´t,
Marine

Image d’en-tĂŞte rĂ©alisĂ©e avec Canva.

Ce livre Ă©mane d'un SP

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte WordPress.com. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Google. DĂ©connexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Twitter. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Facebook. DĂ©connexion /  Changer )

Connexion Ă  %s