Chroniques, Littératures de l'imaginaire

📚⎜ Consolament – C. Rosenheim

Bonjour Ă  tous,

Consolament propose une immersion entre deux Ăąges, une tranche de vie dans un univers moyenĂągeux au bord du bouleversement.
J’ai bien apprĂ©ciĂ© ce roman et je remercie vivement SĂ©ma Éditions de m’en avoir proposĂ© la lecture !

Titre : Consolament
Plume : CĂ©line Rosenheim
Édition : SĂ©ma Édition (clic)
Pinceau de couverture : Fabrice Bertolotto (clic)

Résumé
Le dragon attaqua et les anges chutĂšrent. Satan s’empara de leurs Ăąmes et les emprisonna dans des corps de chair Ă©troits, humains. Lorsque la mĂ©moire leur reviendra, ils retrouveront le chemin de la citĂ© cĂ©leste.
Un monde imparfait, humain, entre tĂ©nĂšbres et lumiĂšres, grandeur et Ă©gocentrisme. Dans toutes les couches sociales, l’inquiĂ©tude grandit face aux signes qui s’accumulent et Ă  l’avenir qui s’obscurcit. Le duchĂ© de Nebleim se trouve au coeur d’enjeux et dissensions. RivalitĂ©s humaines, rĂ©demption cĂ©leste, conflits, discussions thĂ©ologiques, dĂ©bats philosophique et croyances accompagnent une Ă©poque, un bouleversement, un changement d’ñge.

❝ – En admirant chaque jour le coucher du soleil, je me dis que la poussiĂšre d’ange n’est pas seulement dans les Ăąmes humaines, poursuivit Ermessende comme pour elle-mĂȘme. Elle rĂ©side aussi dans les teintes cramoisies que peut prendre le crĂ©puscule
 et dans cette lumiĂšre argentĂ©e qui baigne la nuit, dit-elle en regardant l’eau qui scintillait dans la fontaine. Je crois que chaque parcelle de cette terre a besoin d’un ange dĂ©chu pour exister. Et je vois plus de beautĂ© au creux des feuilles qui s’agitent dans le vent que dans le coeur de ces petits hommes avides. Je crois que toutes ces poussiĂšres seront libĂ©rĂ©es et qu’elles reformeront un tout, lĂ -haut dans le royaume cĂ©leste
 ❞

Mon avis
Une bonne lecture entremĂȘlant historique et surnaturel pour une immersion rĂ©ussie au coeur du Moyen-Âge. L’environnement, la langue, les personnages et les croyances donnent Ă  percevoir l’univers et dote le roman d’une Ăąme particuliĂšre, pĂ©trie de croyances, de convictions, de contradictions et de nuances.

L’univers est trĂšs dense et complet. Les Ă©lĂ©ments de contexte, les personnages, les systĂšmes de croyance sont foisonnants, travaillĂ©s et nuancĂ©s (principalement en nuances de gris). J’ai trouvĂ© la prĂ©sentation et la cohabitation des deux religions / systĂšmes de croyance proche trĂšs crĂ©dibles pour donner de la densitĂ© Ă  l’univers et de l’épaisseur aux convictions des personnages (par l’adhĂ©sion, le rejet, ou la nonchalance).
NĂ©anmoins, j’ai parfois eu du mal Ă  m’y retrouver en ce qui concerne la gĂ©ographie et la gĂ©opolitique du roman. J’avais notamment du mal Ă  visualiser oĂč Ă©taient les personnages les uns par rapport aux autres, et surtout qui avait jurĂ© allĂ©geance Ă  qui et quelles Ă©taient les alliances prĂ©-Ă©tablies.

Les personnages sont trĂšs nombreux, peut-ĂȘtre lĂ©gĂšrement trop.
La polyphonie donne Ă  voir une grande variĂ©tĂ© de situations et des consĂ©quences des bouleversements Ă  plusieurs endroits du monde et pour diffĂ©rentes catĂ©gories de personnages dans chacun des camps en prĂ©sence. Cela m’a permis de vĂ©ritablement plonger dans l’univers par les regards complĂ©mentaires de ceux qui y vivent et j’ai beaucoup apprĂ©ciĂ© cette immersion.
MalgrĂ© tout, j’avais parfois du mal Ă  re-situer certains personnages au moment oĂč je les retrouvais. Ce fut par exemple le cas pour Hildegarde et Mahaut.
Dans cet univers dominĂ© par les hommes et la foi, j’ai particuliĂšrement aimĂ© le personnage de la duchesse Ermessende de Nebleim et la finesse de ses amis et alliĂ©s. Chaque personnage a son identitĂ©, ses forces et ses failles, son rapport au monde et ses croyances, une touche d’espoir et un soupçon de doute. Les dĂ©bats philosophiques, thĂ©ologiques et politiques parsĂšment le roman et viennent dĂ©velopper les personnages et l’univers.

La plume et l’écriture m’ont irrĂ©sistiblement entrainĂ©e de pages en pages. La plume est fluide et travaillĂ©e, le vocabulaire est soigneusement choisi, technique (en Ă©tant parfaitement comprĂ©hensible). L’écriture tisse le monde et les personnages, entrelace  et dĂ©voile une intrigue qui s’installe progressivement, lentement, entre ombres et lumiĂšres, croyances et convictions, altruisme et intĂ©rĂȘts personnels, dans les secrets des rivalitĂ©s et l’évidence des bouleversements de la vie quotidienne.

Le mot de la fin
Une belle dĂ©couverte ! J’ai beaucoup apprĂ©ciĂ© la plume de l’autrice et l’immersion qu’elle propose !
Le roman est trĂšs foisonnant, fouillĂ©, complexe, riche en nuances, ce qui permet une lecture complexe, mĂȘme si j’ai parfois perdu mes repĂšres concernant certains personnages, et les interconnexions entre eux, et concernant la gĂ©ographie et la gĂ©opolitique de l’univers.

À bientît,
Marine

Image d’en-tĂȘte rĂ©alisĂ©e avec Canva.