📚⎜ Spleen Cities – G. Brousse

Bonjour Ă  tous,

Spleen Cities propose une immersion entraĂźnante dans un univers aux reflets de l’obscuritĂ©, dans une tranche de vie aux portes du bouleversement. L’alchimie a trĂšs bien fonctionnĂ© et je me suis laissĂ©e guidĂ©e dans les mĂ©andres de cette citĂ© !
Je remercie vivement les Ă©ditions Noir d’Absinthe de m’avoir permis de dĂ©couvrir ce roman !

Titre : Spleen Cities
Plume : Gillian Brousse (clic
Édition : Noir d’Absinthe (clic)  
Pinceau : Amaryan (clic

Résumé

De hauts murs ceignent Novart, protĂ©geant les habitants des Lumineux, les monstrueuses crĂ©atures qui encerclent la ville. De hauts murs comme une cage oĂč rĂšgne la loi du plus fort, la misĂšre et la souffrance.
ZoĂ© a grandit ici, dans cette ville glauque et sordide, escortĂ©e par la musique qui joue dans sa tĂȘte les mĂ©lodies du monde. L’adolescente fait comme elle peut pour s’en sortir, discrĂšte. Et voilĂ  qu’une bande de voyous est dĂ©cidĂ©e Ă  lui mettre la main dessus

Shelby s’est toujours dĂ©brouillĂ© pour ne pas s’étirer d’ennuis, faire profil bas. Sans domicile, sans rĂ©elles attaches, sans espoirs particuliers, sans ambitions ni projets. Puis sa vie heurte celle de ZoĂ© au hasard d’un couloir et il se retrouve bien malgrĂ© lui entraĂźnĂ© dans des machinations qui le dĂ©passent et menacent son existence.
Chacun pour soi, leurs destins sont en marche.

❝ La jeune fille interrompit sa toilette et passa la tĂȘte hors de la douche. La mousse tremblotante qui recouvrait sa chevelure menaçait de s’écraser sur le sol de la petite salle d’eau lugubre et nausĂ©abonde. Une moue de dĂ©goĂ»t s’étalait sur le visage de ZoĂ© : son nez aquilin se fronçait et faisait apparaĂźtre de minces plis au coin de ses yeux Ă©meraude. Les remugles d’égout du lavabo l’encourageaient normalement Ă  hater ses ablutions, mais la sonnerie stridente qui l’avait perturbĂ©e n’était pas Ă  prendre Ă  la lĂ©gĂšre.❞

Mon avis

Une immersion trĂšs rĂ©ussie et trĂšs loin de ma zone de confort ! J’ai ouvert ce roman comme on pousse une porte et je me suis laissĂ©e entraĂźnĂ©e Ă  la dĂ©couverte de Novart, Veilam et de leurs habitants.

L’univers construit par Gillian Brousse est trĂšs complet et trĂšs fouillĂ©, en nuances d’obscuritĂ©, de misĂšre, de dĂ©tresse, de dĂ©sespoir et de violence. Prisonniers des murs qui les protĂšgent des Lumineux, les habitants de Novart semblent condamnĂ©s Ă  cette stagnation glauque et mortifĂšre, errants de boĂźte Ă  mercis en lieux insalubres, luttant pour leur survie avec les armes Ă  leur disposition.
Dans les sous-sols de Novart se trouve Veilam, la citĂ© des splendeurs et des richesses, le centre des dĂ©cisions, la direction de la milice qui contrĂŽle Novart. Entre les deux, un labyrinthe de couloirs. Chacun appartient Ă  l’un des ces mondes, jamais Ă  plusieurs.

FaçonnĂ©s par leur monde et ce qu’il les a contraints Ă  faire, les personnages sont riches en nuances, en aspĂ©ritĂ©s, en dĂ©mons intĂ©rieurs et, parfois, en touches d’espoir.
La fraĂźcheur lĂ©gĂšrement teintĂ©e de folie de ZoĂ©, cette symphonie qui lui chante le monde et lui permet de l’apprĂ©hender diffĂ©remment, la richesse de cette jeune fille Ă  moitiĂ© brisĂ©e, farouche et dĂ©terminĂ©e, donne un piquant certain Ă  l’intrigue et aux dialogues. J’ai beaucoup apprĂ©ciĂ© de la rencontrer et d’en savoir plus sur le Maestro qui habite ses pensĂ©es (vous comprendrez en lisant).
Sa relation avec Peter apporte un Ă©clat de lumiĂšre et de fraĂźcheur bienvenu, sans ĂȘtre naĂŻve ou idyllique. Au contraire, tous les deux sont fracassĂ©s, Ă  fleur de peau, pleins de doutes et leurs tempĂ©raments se heurtent malgrĂ© leurs sentiments. Elle puise dans la richesse et la complexitĂ© de ces deux personnages, terriblement crĂ©dible et sincĂšre.
Et Shelby, brinquebalĂ© par la vie comme par le destin, espĂ©rant ne pas faire de vague, se faire oublier, et se retrouvant malgrĂ© tout au coeur des ennuis, et mĂȘme d’une rĂ©volte Ă  laquelle il ne croit pas.

L’intrigue se met en place progressivement et Ă©volue rapidement. Il s’agit d’une tranche de vie d’une ville au bord du bouleversement, du dĂ©bordement, de l’effondrement.
Dans cette énergie grouillante, des personnages (sur)vivent et font de terribles choix, emportés par le flot des événements ou acteurs de ces derniers.
Parfois surprise par une dĂ©cisions, choquĂ©e par un acte, Ă©mue par un personnage, touchĂ©e par ses Ă©motions, j’ai Ă©tĂ© happĂ©e par l’intrigue et les protagonistes.

J’ai Ă©tĂ© entraĂźnĂ©e par la plume, trĂšs immersive et fluide de Gillian Brousse. Il donne Ă  percevoir son monde, les Ă©motions de ses personnages, la cruautĂ©, la noirceur et l’espoir. Tout s’entremĂȘle pour faire dĂ©couvrir un univers riche et complet, choquant, sincĂšre, atroce, nuancĂ© et terriblement addictif.

Un mot Ă©galement sur la couverture.
Elle est magnifique ! Mais vous devrez lire le roman pour la comprendre pleinement


Le mot de la fin

J’ai beaucoup apprĂ©ciĂ© ce roman trĂšs Ă©loignĂ© de ma zone de confort !
J’ai Ă©tĂ© entraĂźnĂ©e dans cet univers sombre et fouillĂ© par la plume de l’auteur et j’y suis restĂ©e, conquise par l’humanitĂ© en nuances de noirceur des personnages. Rien n’est simple ou manichĂ©en, le beau comme le terrible, et ce mĂ©lange m’a offert une trĂšs belle lecture.

À bientît,
Marine

2 rĂ©flexions au sujet de « đŸ“šâŽœ Spleen Cities – G. Brousse »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icÎne pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte WordPress.com. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Google. DĂ©connexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Twitter. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Facebook. DĂ©connexion /  Changer )

Connexion Ă  %s