Monde de l'édition

Comment l’édition indépendante m’a trouvé

Qu’est-ce qui vous incite à choisir un livre ?
À commencer la lecture d’un titre plutôt que d’un autre ?

Depuis que j’ai annoncé la refonte de ce blog, de ses contenus et mon envie de plus particulièrement les consacrer à l’édition indépendante, j’ai reçu de nombreux messages curieux demandant d’où venait cette envie, ce goût pour ces livres moins visibles, moins diffusées.
Cette étrangeté, presque, aux yeux de certains…

Cette évolution, j’y pense déjà depuis quelques temps, mais ces derniers mois, elle a pris les couleurs de l’évidence. Elle s’enracine dans mon parcours de lectrice, dans mes envies de lectures, dans les nombreux échanges que j’ai pu avoir avec des professionnel.le.s du livre et des passionné.e.s.
« Chacune de nos lectures laisse une graine qui germe », écrivait Jules Renard. Les miennes ont germé et voici la nouvelle pousse, le nouveau souffle, la nouvelle énergie qu’elles offrent à ce blog !

L’édition indépendante, c’est quoi ?

L’édition indépendante, c’est un labyrinthe. Ou un jardin laissé en friche et dans lequel se développent de belles plantes, des arbres majestueux, qui deviendront des êtres d’encre et de papier.
J’ai trouvé de nombreuses définitions de l’édition indépendante et toutes ne disent pas la même chose. Les critères varient, se recoupent ou se contredisent, esquissant une constellation de structures et d’acteur.ice.s.
Voici toutefois quelques éléments récurrents tant dans les définitions quand dans les discours :
– indépendance éditoriale : pouvoir choisir ce que l’on publie
– indépendance financière : ne pas dépendre financièrement d’un groupe, d’un actionnaire extérieur à la structure en question
– la passion : un attachement fort aux livres que l’on publie et un désir de les défendre et de les faire connaître
– la liberté : publications, rythme, collaboration
– un combat (déloyal) pour continuer à exister : forte concurrence, moindre diffusion, équilibre économique fragile.
Autrement dit, l’édition indépendante désigne aussi bien des maisons d’édition de taille (généralement) moyenne à modeste que les auteur.ice.s en auto-édition.

J’ai toujours aimé explorer de nouveaux univers, être emportée par une plume, découvrir un livre et le faire découvrir. Peu à peu, cela m’a poussé dans de nouveaux chemins, de nouveaux rayonnages, vers des livres que je n’avais encore jamais vu.

Photo réalisée par Marine (Imagin’encre) – retouchée avec Canva

Lire les chroniques, un peu, beaucoup, passionnément, à la folie, pas du tout. Trop.

En créant Imagin’encre, j’ai véritablement pris conscience du nombre de personnes qui parlaient de livres et partageaient leurs lectures. Je me doutais qu’il y en avait, bien évidemment, mais je n’avais aucune idée de ce que cela pouvait représenter. Au début, j’ai plongé avec délice à la rencontre des chroniques et de ces passionné.e.s, avide de trouver une prochaine lecture, de faire des découvertes, (certes, souvent sans oser laisser de commentaire). Au fil des articles, j’ai bien sûr découvert des romans, des auteur.ice.s et des maisons d’édition, mais j’ai surtout eu l’impression de voir souvent (/toujours) passer les mêmes romans. Peut-être en raison de mes mots clés, peut-être n’ai-je pas creusé assez. Toujours est-il que lire de nombreux avis sur un même livre finissait par miner mon intérêt pour le livre en question. J’avais l’impression de connaître déjà l’intrigue et que la lecture n’aurait plus de surprises.
Bref. L’excès de chroniques et de « tout le monde en parle » finit par tuer mon enthousiasme et/ou mon intérêt pour le livre.

Cela ne signifie pas que je ne les lis pas.
Mais je les lis généralement en décalé et, souvent, je ne les chronique pas. Je n’ai pas envie de les chroniquer.

Et puis, surtout, les rencontres prennent une importance croissante dans mon envie de plonger dans un roman. Au-delà de la lecture, ce sont les échanges autour d’un roman, l’envie de découvrir et de faire découvrir, un attachement à des personnages / univers / plumes. Je partage ma rencontre avec une histoire.

Rencontres livresques

La rencontre avec un livre peut être douce ou saisissante. Elle surgit au détour d’une recommandation, d’un rayon, d’un stand, d’un sourire, d’un hasard.
Depuis plusieurs années, j’ai accueilli la plupart des nouveaux livres pendant ou suite à des événements / salons / festivals / dédicaces. L’oeil capté par une couverture et la curiosité nourrie par la rencontre avec la plume, irrésistiblement, je repars avec le livre pour prolonger l’émerveillement, le plaisir, la chaleur de la rencontre ! Je me suis également aperçue que faire des heures (j’exagère à peine) d’attente pour échanger quelques mots rapides était inégalement satisfaisant. J’ai commencé à m’arrêter sur les stands moins fréquentés pour cette raison : les échanges m’ont paru de meilleure qualité, les interlocuteur.ice.s sont souvent plus disponibles, ou plus disposés, à échanger.
Au fil de ces errances, j’ai découvert des plumes et des éditeur.ice.s passionné.e.s et passionnant.e.s, des romans dont je n’avais jamais entendu parlé, des couvertures sublimes qui saisissent le regard pour ne plus le lâcher.
Au fil de ces échanges, j’ai également véritablement pris conscience de l’inégale visibilité et diffusion des romans. Je savais déjà que tous les romans n’avaient pas tous les mêmes « chances », mais je n’avais pas conscience de la profondeur de cette inégalité de diffusion.
Au fil de ces lectures a grandit mon envie de leur permettre de rencontrer de nouveaux lecteur.ice.s, de permettre à de nouveaux lecteur.ice.s de les découvrir, de contribuer à leur visibilité.

Photo réalisée par Marine (Imagin’encre)

Faire germer la graine

Je ne suis pas une « découvreuse de petites ».
Je suis une lectrice omnivorace, j’aime explorer des univers et m’émerveiller de page en page, être conquise par une plume, surprise par une intrigue et touchée par des personnages.
Les graines de mes lectures germent et je continue de les arroser. Une soif d’originalité, de nouveauté, une envie de partager et de participer à la meilleure visibilité de romans qui m’ont plue, touchée, marquée.

Je vais continuer mes pérégrinations livresques, mes rencontres impromptues et mes errances événementielles. Continuer à échanger, explorer, dévorer, m’émerveiller, savourer, voyager.
Il y a une grande effervescence créative et livresque, un dynamisme fort d’originalité et de passion. J’espère vous permettre de rencontrer un livre qui vous conquerra. Un livre peut-être plus confidentiel, un livre dont vous n’avez pas beaucoup, voire pas du tout, entendu parlé.

Et vous, qu’est-ce qui vous incite à choisir un livre ?
Quelles graines ont germé de vos lectures ?

À bientôt,
Marine

2 réflexions au sujet de “Comment l’édition indépendante m’a trouvé”

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s