Chroniques, Littératures de l'imaginaire, Littératures frissonnantes

📚⎜Dam’ – C. Barreyre

À la dérive éperdue
Noyer pour annihiler
Double vue
Souffrir, s’ouvrir

Livre’jour Ă  tous,

En 2020, j’avais à plusieurs reprises parlé avec Célia de son nouveau roman lors de salons virtuels et j’étais très impatiente de le découvrir !
J’ai beaucoup apprécié sa duologie Flux (T1) et je remercie Marathon pour l’envoi de ce roman !

Dam' Couv_

Dam’


Plume : Celia Barreyre (site)

Édition : Marathon Éditions (site)

Pinceau : La Boîte à Lux (site)

Résumé

Ali est hantée par les morts depuis l’enfance. Certains diraient qu’elle a un don. Ceux-là ne se rendent pas compte de la souffrance que ces échanges engendrent. Ceux-là ignorent à quel point les morts peuvent être insupportables et à quel point leur parler est perturbant.
Depuis longtemps, Ali a choisi de les fuir. Ce qui n’est pas facile.
Surtout lorsque l’un deux est extrêmement déterminé à ce qu’elle résolve un mystère pour lui. Malgré elle, Ali se retrouve au coeur d’une enquête…

Blamaneuna…
Mathilde me fusille du regard.
– Ça ne veut rien dire !
– Nan.
Elle fulmine. J’aime ma soeur. D’un amour immense et incommensurable. Aussi profond que les abysses des yeux du clown de cette nuit. Mathilde ne m’a jamais laissĂ©e tomber. Jamais. Pourtant, j’ai tout fait pour.Ă  elle comme aux autres. J’ai mis sur les chemins de leur affection des obstacles aussi infranchissables que des volcans en Ă©ruption. Je bois Ă  en perdre la tĂŞte et je les entraĂ®ne dans mes dĂ©lires d’alcoolique. Je les Ă©corche, je les scie, je les dĂ©coupe, je les Ă©bouillante, je les brĂ»le, j’en fait des chiffons dont on ne voit plus que la trame, je les lacère jusqu’au coeur, puis je les dĂ©laisse, exsangues. Ma soeur est toujours lĂ . Je redoute le jour elle fera le compte de ses blessures et me prĂ©sentera la facture. 

Mon avis

J’ai retrouvé avec plaisir la plume de Célia Barreyre !
Surnaturel, croyances et ancrage réaliste s’entremêle pour une immersion riche et réussie en Auvergne ! J’ai ressenti un même mélange de nuances entre noirceur et espoir qui m’a beaucoup plu, l’histoire en est plus profonde.

Dans un univers auvergnat contemporain, Célia introduit une richesse culturelle et une aura de mystères et de surnaturel pour proposer une atmosphère qui m’a énormément plu ! J’ai senti (et apprécié) son attachement pour cette région et la connaissance fine qu’elle en a : une immersion très réussie pour ma part !
Entre ville, campagne, forêt, monde artistique, croyances vaudou, naufrage intérieur et secrets, les différentes atmosphères sont denses, prenantes, touchantes, terriblement crédibles et sensibles.

J’ai été profondément touchée par la souffrance d’Ali. Une douleur atroce qui menace sans cesse de l’engloutir et à laquelle elle a un rapport ambigu. Si les visions sont une raison de sa noyade, d’autres fragilités se dévoilent peu à peu. Derrière sa carapace alcoolisée, Ali vibre.
La relation entre Ali et sa soeur Mathilde est très belle ! Elle sonne extrêmement juste tant par sa complexité que par son intensité. Difficile, fragile et solide, elle donne un cadre, une stabilité à Ali. Mathilde est un personnage avec une puissante force de vie ! Présente dans l’adversité, malgré cette adversité, malgré son incompréhension. J’ai été marquée par la justesse et la finesse de ce qui se tisse entre Ali et Mathilde, différentes, complémentaires, opposées et si vibrantes, chacune à leur manière.
Les autres personnages, plus secondaires, ont également une histoire en nuances d’existence, avec des forces et des failles.

Le rythme de l’intrigue m’a plu. Elle se met progressivement en place, au fil de la narration d’Ali qui se serait bien passée de ce énième visiteur spectral…
J’ai aimé l’alternance entre actions, réflexions, naufrages, moments de vie, souvenirs et (re)constructions. Ce roman a des formes d’enquête policière, de quête initiatique, d’exploration de son univers et de rencontres bouleversantes.

Et j’ai retrouvé avec beaucoup de plaisir la plume de Célia Barreyre ! Fluidité, finesse, une certaine douceur et de multiples nuances. Le roman est bien mené, sincère, juste et rythmé.

Le mot de la fin

J’ai retrouvé avec beaucoup de plaisir la plume de Célia !
L’atmosphère est différente de ses précédents romans et j’ai aimé les fortes nuances de cette histoire-enquête ! Les personnages évoluent dans la souffrance, l’incompréhension et un fort attachement à leurs proches. Dans un marasme intérieur à la dérive, une étincelle de vie refuse de s’éteindre…

Ă€ bientĂ´t,
Marine

Image d’en-tĂŞte rĂ©alisĂ©e avec Canva.